Imaginez ce que ressent un pilote d’avion en détresse qui doit faire une annonce aux passagers pour les rassurer… Alors même que son avion est en train de piquer du nez.

Imaginez ce que vit une mère quand les cris du nourrisson déchirent le silence de la nuit, réclamant sa tétée… Alors même qu’elle vient tout juste de fermer ses yeux pour son premier temps de repos de la journée.

Si vous arrivez à vous glisser sous leur peau, alors vous savez ce que c’est que l’obligation de délivrer sous haute pression.

 

Sous pression, donc je vis.

Dans notre vie professionnelle, quel que soit notre job, on est contraint tôt ou tard de performer sous pression.

Ça peut être la pression d’un délai extrêmement court pour livrer un travail. Ou la pression d’un mauvais manager dont la seule présence suffit à stresser au lieu de motiver. Ou même la pression qu’on s’inflige face à l’importance d’une action qu’on s’apprête à mener.

Soyons tout de suite clair. Personne n’est au meilleur de ses capacités quand il doit délivrer sous pression. Tous ceux qui pensent le contraire se trompent.

Car en réalité, il y a toujours une déperdition de performance quand on travaille sous pression. Les personnes les plus habiles en état de stress sont simplement celles qui parviennent à limiter cette déperdition.

C’est également la conclusion à laquelle arrivent Hendrie Weisinger & JP Pawliw-Fry dans leur livre « Performing under pressure : The science of doing your best when it matters most » (‘Performer sous pression : L’Art d’être à son meilleur quand ça compte le plus‘).

La bonne nouvelle, nous disent les auteurs, c’est que gérer la pression est une qualité qui se travaille. On trouve ainsi dans ce best-seller une vingtaine de méthodes pour améliorer ses performances quand la pression ne cesse de monter.

Nous avons fait le tri et enrichi notre réflexion pour vous proposer quelques astuces pour tirer le meilleur de vous quand la pression est à son maximum.

 

Repousser son seuil d’entrée sous pression

Et si vous ne ressentiez jamais la pression ? Ne serait-ce pas là le meilleur moyen de rester au top de vos capacités ?

Chaque être humain a une tolérance au stress qui lui est propre. Et dans une société où les facteurs de stress sont de plus en plus nombreux, votre capacité à repousser votre entrée en zone de stress devient une qualité qui peut faire la différence.

En effet, une situation peut être source de stress pour certains là où d’autres auront suffisamment de détachement pour l’appréhender comme une situation normale. Ces derniers seront donc à même de continuer à exploiter leur plein potentiel, là où les premiers devront déjà user de tactiques pour contrôler la baisse de leurs performances dû à l’état de pression.

Il n’y a pas de recettes miracles pour être moins permissif au stress. Pour y parvenir, il faut adopter une série d’habitudes qui au fil du temps, concourront à repousser votre zone d’entrée sous pression. Voici quelques habitudes utiles :

 

– Pratiquer un sport collectif

Collectif est compris ici dans le sens interactif. En d’autres termes, il faut pratiquer une activité sportive qui vous oblige à interagir directement avec d’autres. Exemples : football, basket, tennis… Contre-exemples : course à pied, squash, etc.

L’intérêt de cette pratique c’est de développer son esprit de compétition tout en prenant du plaisir. Pour performer dans ces sports, vous devrez apprendre à gérer votre stress quand la victoire sera en jeu. La fameuse peur de gagner.

Plus vous gagnerez, plus vous serez détendu à l’approche de ces moments où la pression du résultat est à son maximum.

 

– Anticiper pour éviter de courir

Prenez l’habitude de faire les choses le plus en avance possible. En agissant au dernier moment, vous finissez par penser que c’est une fatalité et que d’ailleurs, vous êtes plus efficace dans ces instants.

Seulement, le stress appelle le stress. À la longue vous développez le défaut de tout faire à la dernière minute, c’est à dire quand la pression est à son maximum. Ce moment où vous perdez pourtant une partie de vos capacités.

 

– Ne pas se mettre sous pression quand c’est évitable

Faites vous partie de ces gens qui tous les matins marchent à une vitesse folle pour aller au bureau ? Vous savez, ces gens qui courent pour entrer dans le métro, qui prennent les marches par deux pour aller plus vite, une fois au bureau marchent tout aussi vite pour aller à l’imprimante, aux toilettes, à la cantine ?

En effet, beaucoup de personnes se mettent tout seul sous pression dès le réveil. Et sans aucune raison valable. Si ce n’est le besoin de montrer à la société à quel point ils sont actifs.

S’il y a une habitude à ne jamais prendre c’est bien celle-là. Au contraire, prenez le temps d’apprécier chaque moment. De faire ce que vous avez à faire au bon rythme, et non pas dans une agitation qu’on arbore vaniteusement tel un habit d’apparat.

 

Si vous parvenez à repousser au maximum votre seuil d’entrée sous pression, vous avez déjà fait l’essentiel. Après, une fois que vous rentrerez en zone de stress, pensez à ces quelques astuces :

1. Relativisez ! Certes ce moment de haute pression est important, mais est-ce que ce sera la dernière opportunité de votre vie ? Pas sûr.

2. Concentrez-vous sur la tâche à faire, et non sur l’enjeu ou le résultat attendu

3. Restez positifs. Le meilleur moyen de l’être, c’est en essayant de se souvenir de ses succès passés.

4. Instaurez une routine de travail. Celle que vous reproduirez systématiquement quand vous rentrerez sous pression, de telles sortes que vous opposerez à la baisse de performance la force des habitudes.