Conseils de mentors

Leçons à tirer du Covid-19 en tant que salarié ou entrepreneur

Il était difficile d’imaginer, à l’instant où on entendait parler du Covid-19 (#Coronavirus) pour la première fois, que cette épidémie bouleverserait la marche du monde à ce point.

Pourtant en remontant les années, l’histoire nous apprend que nous subissons des crises planétaires tous les dix ans.

En 2008 on a eu la crise des Subprimes. Au début des années 2000, c’était l’éclatement de la bulle technologique. En 1990 nous connaissions un choc pétrolier brutal, avec la guerre du Koweit. Et on pourrait remonter ainsi des dizaines de décennies en arrière, pour toujours trouver une onde de choc qui a paralysé le monde.

Il serait alors dans l’air du temps de se laisser à aller aux théories du complot. À imaginer que des mains secrètes planifient tous les dix ans une redistribution des cartes. Pourtant, il y a une approche métaphysique qui pourrait prévaloir. Auquel cas, elle expliquerait bien des choses.

En effet, le cycle de la vie est ainsi fait…

Les moments difficiles produisent des personnes fortes. Les personnes fortes bâtissent pour s’offrir des moments agréables. Les moments agréables font baisser la garde et génèrent des personnes faibles. Et les personnes faibles produisent les moments difficiles.

Et la boucle reprend, à l’infini.

Vous pouvez vous amuser à comparer cette boucle avec les situations de votre vie. Fort à parier que cette logique s’applique ci et là.

Ramené à l’épreuve que nous traversons actuellement, la boucle métaphysique nous dit aussi que la crise du Covid-19 finira par passer, comme d’autres avant elle.

Toutefois, c’est la première crise qui frappe l’humanité au moment où nous semblons arriver en bout de cycle sur tous les piliers sur lesquels reposent nos sociétés.

Qu’il s’agisse du capitalisme, de la mondialisation, de la raréfaction des ressources naturelles ou de la digitalisation des liens sociaux, jamais les équilibres qui tiennent l’humanité n’ont été aussi bousculés.

La mauvaise nouvelle, c’est que les choses ne sont pas près de s’arranger.

Alors la question est de savoir comment vous, à titre personnel, vous allez sortir plus fort de la crise actuelle ?

C’est pourquoi nous avons décrypté les 4 enseignements que nous tirons de cette crise. Pour que vous, en tant que salarié, entrepreneur ou simplement individu, vous puissiez vous projeter dans le monde d’après, plus confiant.

 

Leçon #1 du Covid-19 : la santé est notre bien le plus précieux

Nous démarrons chaque nouveau jour qui s’offre à nous avec une forme d’évidence, que la vie nous est acquise.

Au quotidien, nombreux sont ceux qui ont une alimentation déséquilibrée, qui ne font pas suffisamment d’activité sportive et qui dans le même temps ne font que trop rarement des bilans de santé.

Et à l’heure où le Coronavirus ébranle le monde, la psychose est d’autant plus grande que l’incertitude sur le véritable état de santé de chacun est totale.

En effet, il y a comme un paradoxe de penser qu’une maladie bénigne dans 98% des cas (comme le rappellent différentes communications officielles) fasse peur à la plupart des gens.

Et pour cause, quand on voit à quel point le taux de morbidité est élevé sur les 2% de la population vulnérable, la question que tout le monde se pose est : et si moi aussi j’étais vulnérable ?

Pourtant le seul moyen de le savoir, c’est en faisant régulièrement des bilans de santé.

Alors, parce que la santé est la rampe de lancement de toutes vos ambitions ; Parce que l’incertitude cultive la psychose ; on ne saurait trop vous recommander de faire des bilans de santé…

  • au moins tous les 2 ans si vous êtes dans la trentaine
  • tous les ans si vous êtes dans la quarantaine
  • et tous les 6 mois une fois la cinquantaine passée

C’est d’autant plus indispensable qu’il ne vous aura pas échappé que tous les pays du monde n’ont pas opté pour le confinement pour stopper la pandémie.

Pas loin de nous, les Pays-Bas ont officiellement pris l’option de l’immunité collective. Une approche qui consiste à laisser le Covid-19 se propager au sein de leur population, jusqu’à ce que la majorité ait développé les anticorps pour lutter contre le virus.

Le prix à payer ? C’est que certains mourront pour que la majorité vive.

Et le risque adjacent c’est qu’un hollandais ou toute autre personne infectée du monde se déplace dans un pays qui sort du confinement et qu’il y réinjecte le virus. Ce serait alors reparti pour un tour ?

Plus que jamais, vaut mieux vous assurer donc de ne pas être dans les 2% de la population vulnérable face au Covid-19. Et si vous en faites partie, prenez toutes les mesures pour prendre soin de vous.

 

Leçon #2 du Coronavirus : l’excitation des foules par le biais des réseaux sociaux est l’une des plus grandes menaces pour l’humanité

Il y a plus grave que les fake news. C’est la propension des gens à les partager. Comme si des millions de personnes avaient perdu tout esprit d’analyse, tout esprit critique objectif. Et c’est peut-être là le plus grand échec des différents systèmes éducatifs du monde.

À l’ère des algorithmes de personnalisation, chacun est enfermé toujours un peu plus dans son univers de pensée.

Si vous écoutez du rock, les plateformes de musique vous proposeront toujours plus de rock à écouter. Comme si vous n’étiez pas susceptible de trouver de l’intérêt dans un autre style de musique.

Si vous êtes complotiste, vous trouverez sur votre chemin toujours plus de théories pour alimenter votre imagination. Et à force l’absurde devient votre norme, pour peu qu’il soit bien mis en scène.

Et avec la frénésie à tout partager dont souffre les internautes, c’est ainsi que tout et n’importe quoi se répand sur la toile à une vitesse folle.

En bout de chaine, c’est au sein des esprits les moins critiques que va germer ce pot-pourri des théories du web. Et le jour d’après on a un courant de pensée qui nait, uni par la bêtise, et dangereux par sa taille.

Mais il y a tout aussi dangereux, ce sont les millions de personnes qui s’improvisent lanceurs d’alerte. Animés par le désir d’être les premiers à partager une information ou une rumeur. Que celle-ci soit correcte ou infondée, c’est un détail dont ils n’ont cure. L’important, c’est de partager.

Il se trouve que, le partage peut être criminel.

Pensons à ces personnes âgées qui se sont retrouvées engluées dans des queues interminables devant des supermarchés. Trop fatiguées pour patienter, nombre d’entre elles sont rentrées chez elle le caddie vide. Et certaines d’entre elles décèderont peut-être des conséquences de toute cette situation.

A l’origine ? Des « lanceurs d’alerte » qui ont jugé bon de prévenir du « danger imminent » qui guettait la France, à savoir le confinement total sans capacité de s’approvisionner.

Et voilà comment le lendemain on déplace des millions de personnes dans les rues. Alors qu’il n’en était rien.

À l’heure de l’éco-responsabilité, il est peut être temps d’avoir le clic responsable.

Les réseaux sociaux ont en effet le pouvoir de déstabiliser le monde. L’enjeu est d’éduquer les prochaines générations, dès maintenant, à construire leur esprit critique pour que chacun puisse être le gardien de la conscience collective.

 

Leçon #3 du Covid-19 : Rien n’est acquis, il faut penser sa vie comme un maître d’échecs

Au jeu d’échecs, l’amateur est celui qui déplace un pion avec seulement 3 coups d’avance. Là où l’expert, avant de toucher la moindre pièce, a déjà anticipé les 10 prochains coups.

En effet, les personnes ou les entités les plus touchées par les conséquences de la gestion de crise du Covid-19 sont celles qui menaient leur quotidien comme si leur stabilité de la veille était une promesse de prospérité pour le lendemain.

Or il n’en est rien.

Les pays qui étaient les moins préparés aux scénarios catastrophes, comptent chaque jour leurs morts.

La grande entreprise qui ne disposait pas d’assez de trésor de guerre, s’inquiète de sa survie.

Le patron de PME qui avait une activité unidimensionnelle, est au bord du précipice.

Le salarié qui se réjouissait de son CDI, voit s’ouvrir à l’horizon les portes du chômage.

Cette pandémie met brutalement de nombreuses personnes face à l’impérieuse nécessité d’anticiper. Le sens de l’anticipation doit se travailler à tout instant. Et il est d’autant plus nécessaire lorsque tout semble aller bien.

En réalité, on n’est jamais aussi fragile que lorsqu’on pense que tout va bien.

C’est pourquoi en tant que salarié ou entrepreneur, vous devez maîtriser du bout des doigts, les règles qui permettent de développer son patrimoine par tout temps. Car en temps de crise, l’épargne est reine.

 

Leçon #4 du Covid-19 : Il est indispensable de multiplier ses types de revenus, pas seulement ses sources de revenus

Quand vous investissez, on vous apprend à diversifier le risque. Mais quand vous générez des revenus, personne ne vous dit à quel point il est important de diversifier vos types de revenus.

En effet, beaucoup ont plusieurs sources de revenus, mais du même type.

Par exemple, il y a des magnats de l’immobilier qui vont avoir 10, 20, 30 appartements dans leur parc. C’est autant de sources de revenus possibles. Mais toutes du même type. Conséquence, si l’immobilier part en vrille, c’est tout qui s’écroule, tel un château de cartes.

Ce que la crise du Covid-19 met en lumière c’est tous ces pans de l’économie qui peuvent sécrouler à cause du confinement.

Pourtant, par ces temps de confinement, il y a des entreprises qui ne sont que marginalement impactées. C’est le cas par exemple des sociétés qui vendent des logiciels, de celles qui vivent de la publicité en ligne ou évidemment celles qui sont au coeur de la crise du Covid-19 (fabricants de masques, de lits d’hopitaux, etc.).

L’enseignement à tirer pour chacun, c’est de travailler dès maintenant à diversifier ses types de revenus.

On distinguerait alors 4 grands types :

  1. Les revenus du secteur physique (ceux qui proviennent d’une activité qui nécessite la mobilité humaine pour être mis en oeuvre).
  2. Bien sûr, les revenus immobiliers.
  3. Les revenus numériques (qu’il s’agisse de la publicité en ligne ou des abonnements à des logiciels ou des services numériques…)
  4. Les revenus financiers (tout ce qui va avoir trait à l’investissement dans les entreprises ou via des valeurs mobilières)

 

La pandémie du Covid-19 est sans précédent. Et fort à parier que nous observerons encore ses sequelles des années après son passage.

Pourtant, c’est dans ces périodes de crise que se forgent les caractères. C’est quand l’avenir est flou que les visionnaires tirent encore plus leur épingle du jeu.

À vous de décider si vous traversez cette période en victime. Ou si vous y voyez une opportunité de vous recréer.

23.03.20 | Conseils de mentors

CADRES Forum
CADRES Forum
À travers le monde



Plus dans Conseils de mentors