Partir de zéro, investir et devenir riche

Beaucoup de personnes pensent, à tort, qu’il faut déjà avoir beaucoup d’argent pour pouvoir investir et gagner encore plus d’argent. C’est même presque une question philosophique : faut-il investir pour devenir riche ou faut-il être riche pour investir ? Sans se pencher sur le sujet pendant des heures, la bonne question à se poser avant toute chose n’est elle pas de savoir ce que représente à nos yeux la richesse ?!

 

Investir, c’est d’abord une question d’état d’esprit

Sans démagogie aucune, il y a un milliard de façons d’être riche et on est tous un peu riche de quelque chose, tant qu’on considère que la richesse n’est qu’un levier vers la jouissance d’une liberté qui nous est chère. Entendons par liberté la capacité de faire sans contrainte.

Il y a des libertés que seul beaucoup d’argent achète. Celui qui veut être libre d’aller et venir sur la lune quand bon lui semble, on peut penser qu’il lui faudra être sacrément plein aux as pour pouvoir jouir de cette liberté. C’est le cas d’Elon Musk, le fondateur de Paypal et Tesla, qui semble faire du voyage dans l’espace un de ses rêves les plus profonds qu’il tente de réaliser en investissant, encore et encore.

 

Elon Musk

 

D’un autre côté il y a des libertés qu’une bonne organisation financière suffit à acheter. Nombreux sont ceux qui veulent juste être libres de voyager et découvrir le monde ; libres de construire ou acheter la maison de leurs rêves; libre de ne pas avoir à travailler dans leurs vieux jours pour assurer l’avenir de leurs enfants; etc… Pour toutes ces libertés, quelques investissements malins suffiront à les rendre possibles.

Au final, en observant de près la plupart des succes stories qui nous inspirent, rares sont ceux qui ont investi avec pour objectif de devenir riche. La richesse est une conséquence heureuse d’un investissement. Et si on vit pour être riche, la richesse devient une cible mouvante. Plus on s’en rapproche, plus elle s’éloigne, car on en veut toujours plus et on est lancé dans une course sans fin.

Qui veut investir ne doit jamais avoir la richesse pour objectif. Si c’était le cas, à l’instant même où les choses n’iraient pas dans votre sens, vous paniquerez en vous disant que c’est trop dur et à la minute d’après, vous voudrez abandonner.

A l’inverse quand on se met à investir dans un projet qui a un but identifié, sain et atteignable, on est généralement prêt à endurer les sacrifices nécessaires, car au fond de soi on s’est forgé la conviction d’être sur la seule voie qui nous mène à une liberté qui nous est chère.

Pour investir et réussir, il faut croire en l’avenir. Il faut être profondément optimiste et positif.

 

Investir quel que soit notre niveau de revenu

Investir beaucoup de soi quand on gagne moins d’un SMIC

Avez-vous remarqué que depuis le début de ce post jamais nous n’avons associé les mots ‘Investir’ et ‘Argent’ ? Le faire laisserait penser que la seule chose qu’on ait à investir serait de l’argent. Et pourtant bien des fois, votre plus bel investissement sera votre temps, votre passion, et toutes ces autres qualités qui font qu’on est tous riches de quelque chose…

Un vieux sage m’avait glissé une fois que quand on part de rien, pour réussir dans la vie on a souvent besoin d’un modèle et d’un mentor. Le modèle nous inspire, le mentor nous ouvre la voie.

Alors si vous ne gagnez que peu de revenus voire aucun revenu et si vous poursuivez des rêves plus grands, la première chose à investir est la meilleure partie de vous.

Si on prend l’exemple d’un footballeur brésilien lambda qui est né dans la misère des Favelas et qui a conquis aujourd’hui sa liberté de parcourir le monde et d’assurer sereinement l’avenir de sa famille en devenant footballeur professionnel international.

Un jour, quand il ne gagnait que peu de revenus voire aucun, il a identifié son talent de footballeur comme un atout. Il s’est ensuite développé en imitant un modèle, Pelé, Ronaldo ou autre. Puis plus tard il y a eu quelqu’un, son mentor, qui l’a repéré et qui lui a donné sa chance.

Parti de rien, il a investi son temps, son travail et sa détermination à développer son talent. Et en s’ouvrant à son environnement, en développant sa capacité à rencontrer les bonnes personnes, il s’est donné une chance de rencontrer son mentor.

Ce qui est vrai pour un footballeur est vrai pour toutes les personnes qui sont convaincues du talent, des aptitudes qu’elles possèdent. Il faut le travailler – tant il est vrai qu’un don sans travail n’est qu’une sale manie -, puis donnez-vous la chance que quelqu’un le mette en lumière, et le tour est joué.

De manière générale, quand on part de zéro, quels que soient ses projets, il faut aborder l’investissement par palier. D’abord j’investis mon temps, mon travail et ma personnalité pour m’ouvrir les portes. Quand je commence à gagner un peu d’argent, je me constitue une épargne et je me prépare pour l’étape d’après.

 

Investir dans sa crédibilité quand on gagne moins de 5 000€/mois

Quand on songe à investir son argent pour en gagner plus, s’il y a une étape qu’il ne faut pas louper, c’est bien celle-ci : la construction de sa crédibilité.

Chacun doit développer sa crédibilité auprès de son entourage professionnel et auprès des banquiers. L’entourage professionnel est celui qui demain vous ouvrira de nouvelles portes sans poser de question, car déjà convaincu par les qualités qu’il sait de vous (cooptation, recommandation, mise en relation, etc…).investir quand on est pas riche

Quant à la banque, elle a besoin de vous tester pour savoir à quel point elle peut avoir confiance en vous. Et plus la banque a confiance en vous, plus elle est encline à vous suivre dans vos investissements financiers.

Le meilleur moyen de vous faire évaluer par la banque, c’est d’emprunter, investir et respecter ses engagements. Oui, empruntez, n’ayez pas peur d’emprunter ! Même si vous avez un profil psychologique qui vous fait craindre l’endettement, forcez vous à dépasser cette barrière car une règle d base en matière d’investissement : il vaut toujours mieux investir l’argent de la banque que le sien !

De plus, il y a deux types d’endettement : l’endettement constructif et l’endettement nocif.
L’endettement constructif c’est tous les emprunts que vous allez faire pour des projets qui ont vocation à créer de la valeur. Tant que vous avez la possibilité d’accéder à ce type d’emprunt, foncez !
Puis il y a un endettement plutôt nocif, une fois qu’on l’utilise au delà du strict nécessaire. Les emprunts faits pour la consommation sont typiquement les emprunts que vous devez solliciter avec la plus grande prudence.

Avec votre niveau actuel de revenu, pour se lancer, il faut viser une série de petits projets immobiliers. Il faut investir dans des projets variés de faibles montants, ce qui aura plusieurs mérites :

1. Vous permettre de commencer à investir malgré un niveau de revenu peu élevé (toute proportion gardée). Possible avec un faible apport voire pas d’apport du tout.

2. Ne pas consommer toute votre capacité d’endettement sur un seul projet, qui plus est à très long terme, ce qui vous empêchera de faire autre chose pendant un moment

3. Développer et diversifier votre patrimoine immobilier avec des biens qui pourront être remboursés rapidement et qui constitueront bientôt une source de rente ou de plus-values à la revente.

4. Montrer à votre banquier qu’il peut vous faire confiance

On ne le dira jamais assez, investir dans l’immobilier est central dans toute stratégie d’investissement car c’est ce qui permet de construire son patrimoine de la manière la plus sûre. Deux astuces pour démarrer dans l’immobilier :

Utiliser des dispositifs de défiscalisation type loi PINEL

C’est comme si vous gagniez au tirage et au grattage. D’abord vous payez moins d’impôts, ensuite votre effort d’épargne est réduit et cerise sur le gâteau, vous vous constituez un patrimoine sans même avoir besoin de visiter les biens en question. Vous pouvez donc acheter partout en France. C’est clés en main, de la construction du bien à la gestion des loyers. Vous ne vous occupez de rien !

Acheter dans les villes estudiantines et pas trop loin de chez vous

Plus le bien est de petite taille, plus il sera destiné aux étudiants ou aux jeunes qui rentrent dans la vie active. Il faut donc viser des biens de 20 à 45m2 max (moins de 100 000€ de valeur), en priorité dans des villes à forte population d’étudiants.

Pensez ensuite à louer en non meublé (permet aux étudiants d’avoir une bonne APL), tout en prenant soin d’équiper un minimum : frigo, machine à laver, plaques de cuisson, rangements.
En faisant ça, vous allez baisser votre taux de turnover. Vous aurez beaucoup de candidatures pour votre bien et les locataires resteront plus longtemps.

Enfin, ça peut paraître un détail mais ça ne l’est pas en pratique. Ce type d’investissement est à faire dans un rayon de moins de 3h de route de votre domicile principal. En effet à différents moments de la vie du bien vous serez contraint de vous rendre sur place pour gérer différentes sortes de situations. Plus le bien est éloigné de vous, plus cela vous lassera et assez rapidement vous voudrez vous en débarrasser !

 

Investir dans sa capacité à disposer de liquidités

Si vous avez travaillé votre crédibilité comme indiqué ci-dessus et cela auprès d’une seule banque, alors cette étape est un jeu d’enfant.

Une fois que votre banque de toujours a toute confiance en vous grâce à la stabilité de vos revenus et aux investissements sans accrocs sur lesquels elles vous a accompagné, alors il est urgent d’ouvrir un autre compte bancaire auprès de deux autres banques.

Quand vous approchez une nouvelle banque, elle vous demande quasi-systématiquement des justificatifs de votre historique auprès de votre banque d’origine. Une fois qu’elle est convaincue de votre sérieux, elle vous ouvrira un compte en reportant TOUS les avantages dont vous disposez auprès de votre banque d’origine. Si elle ne le fait pas, il faut l’exiger.

Par exemple, si vous disposiez déjà d’un découvert de 5 000€ auprès de votre banque, après avoir ouvert 2 comptes ailleurs, votre capacité de liquidité supplémentaire passera à 15 000€, soit 5 000€ dans chaque banque.

Cette création de compte dans une nouvelle banque peut aussi être l’occasion d’un rachat de crédit à un meilleur taux, ce qui viendra diminuer votre effort endettement.

Et enfin, plus tard, quand vous commencerez à investir sur des projets plus risqués ou plus costauds financièrement, vous aurez la latitude de choisir parmi le plus offrant pour vous accompagner.

 

Diversifier ses investissements quand on gagne moins de 10 000€/mois

Entre 5 000 et 10 000€ de revenus mensuels, il faut tout simplement veiller à investir sur des supports très variés :

  • Immobilier de défiscalisation
  • Immobilier de rente
  • Assurance-vie
  • Parts sociales dans des start-ups
  • Placements boursiers
  • Création d’entreprise

Le piège quand on se retrouve dans cette tranche de revenus, c’est de penser qu’on est riche, et qu’il nous reste suffisamment à la fin du mois pour épargner encore et encore. Du coup on peut se contenter de consommer, considérant que la source de revenus est suffisamment juteuse pour ne pas courir après la construction d’un patrimoine. C’est une erreur. A moins de 10 000€/mois non, vous n’êtes pas riche ! Et les règles expliquant comment gérer son argent intelligemment s’appliquent à vous.

 

investir dans un bon conseiller en patrimoine quand on gagne plus de 10 000€/mois

Passé le cap des 10 000€ de revenus par mois, entre nous, vous n’êtes plus à plaindre. Un bon conseiller en patrimoine, bienveillant, saura vous guider vers la constitution d’un portefeuille équilibré entre trésorerie, épargne, immobilier, placements à capital garanti, investissements plus risqués, etc…

Laissez-vous guider.

==============

Ligne éditoriale et raison d’être de ce blog Lifestyle

The LifeStyle Team Catégories :