Tenez-vous bien. Chaque année en France, on produit pas moins de 20 milliards d’enveloppes. Oui, 20 milliards d’enveloppes. Par déduction, cela représente peu ou prou le nombre de courriers que les foyers français reçoivent dans leurs boites aux lettres* année après année.

S’il y a un débat sur l’empreinte environnementale d’une telle consommation de papier, rien n’est pourtant dit sur l’impact de la réception répétitive de courriers sur le moral des destinataires.

 

Le stress derrière chaque ouverture de la boite à lettres

Les courriers papier font partie de ces choses qui sans l’air d’y toucher, vous plombent le moral de la journée en une fraction de secondes.

Qui n’a jamais ouvert sa boite aux lettres la boule au ventre, se demandant ce qui l’y attendait encore de désagréable ?

Un courrier des impôts, une facture de prestataire, une mise en demeure d’un service contentieux, un commandement de payer d’un huissier, un courrier inutile de la banque, une quittance de loyer, une amende routière, une convocation à une assemblée de copropriété, des formalités à remplir pour la CAF, le suivi de soins de l’assurance maladie, les informations de votre mutuelle, des avis de passage du facteur, des recommandés, les courriers publicitaires, les prospectus d’arnaque, etc.

Et rarement, une fois par décennie voire moins, noyé parmi ces papiers de stress, on va trouver une lettre qui nous donne le sourire…

Une invitation à un mariage, une carte postale ou que sais-je. Tout courrier qui commencerait par « Cher toi, comment tu vas ? » et non plus par « Cher client, la situation de votre compte présente... ».

 

Des stratégies pour traiter les courriers

L’emprise du courrier est telle que nombreux sont ceux qui élaborent des stratégies pour mieux le gérer.

Certains adoptent la technique de l’autruche. Ils devinent le contenu à l’enveloppe, et jettent sans lire tout courrier qu’ils soupçonnent d’un fort pouvoir de nuisance morale.

D’autres optent pour la lecture crépusculaire. Hors de question d’ouvrir les courriers le matin. Et oui, il ne faut pas risquer de gâcher la journée. Alors l’ouverture de la boite aux lettres ne se fait que le soir.

Il y a aussi ceux qui préfèrent la concentration. Cela consiste à regrouper les courriers et à les lire une fois par semaine, le week-end. Ou une fois par mois pour les plus téméraires. Quitte à avoir des mauvaises nouvelles, autant ne pas répéter le rituel chaque jour.

Et enfin, on trouve aussi les kamikazes. Même pas peur. Ils ouvrent leur courrier tous les jours, à chaque fois qu’ils passent devant la boite aux lettres.

Mais quelle que soit votre approche, force est de constater que nous déployons ces techniques quasi-inconsciemment.

En effet, le stress du courrier est si insidieux qu’on l’appréhende désormais comme un état de fait. Au moins jusqu’au jour où on réalise ce que serait notre vie sans tous ces courriers.

 

Ces pays où les courriers papier n’existent pas

J’ai eu récemment l’opportunité de vivre 6 mois dans un pays d’Afrique sub-saharéenne. Si je m’attendais à être conquise par la culture, je n’imaginais pas un instant que c’est l’absence de courriers qui serait l’un des éléments par lesquels l’Afrique me séduirait.

En effet là-bas il n’y avait pas de courriers. D’ailleurs, les boîtes aux lettres au pied du domicile n’existent pas.

Chaque matin on se lève, on fait ce qu’on a prévu de faire la journée, et on règle nos comptes avec le service public ou les acteurs privés séance tenante. Rien n’est remis à demain, en tout cas pas dans un courrier à recevoir.

Un PV de stationnement ? Vous payez votre amende sur place sinon la voiture ne repart pas. Les quittances de loyer ? Le loyer est payé à l’année et à la date anniversaire, le propriétaire vient prendre un café avec vous, pour un nouveau règlement. Les impôts sur le revenu ? Ils sont prélevés à la source. Quittance d’électricité ou d’eau ? Vous recevez une fois par mois un sms avec un avis de paiement dématérialisé. Etc.

J’ai ainsi pu découvrir ce merveilleux sentiment de liberté qui nous habite lorsqu’on aborde les journées sans se demander ce qui va encore nous tomber sur la tête.

Puis au bout de six mois je suis rentrée en France. J’ai retrouvée ma boite aux lettres. Pleine à craquer.

Il m’a fallu pas moins d’un week-end entier pour traiter tout ce courrier. Et enveloppe déchirée après enveloppe déchirée, je me réimprégnais du stress inhérent à ce rituel bien trop familier.

 

Je déclare la chasse aux courriers ouverte !

Nous ne sommes pas condamnés à subir ad vitam le stress des courriers.

Si vous aussi, ressentez ce poids à l’ouverture de votre boite aux lettres, c’est qu’il peut-être temps d’entamer une lutte contre ce fléau.

Pour ce faire, je vous conseille 3 règles simples :

  1. Demandez à tous les établissements qui vous envoient des courriers réguliers de privilégier l’email (relevés bancaires, factures, etc.).
  2. Ecrivez à toutes les entités qui vous envoient des courriers inutiles afin qu’ils vous sortent de leur base de données.
  3. Mettez un gros ‘STOP PUB’ sur votre boite aux lettres pour ne pas avoir à traiter les invasions publicitaires.

 

Essayez ça pendant 3 mois et vous verrez, le quotidien vous paraîtra plus léger. Et puis si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour la planète. Elle vous en remerciera.