En règle générale être cadre signifie avoir un niveau important de responsabilités, qui s’accompagne souvent d’une bonne dose de stress, l’ensemble faisant naître des risques pour la santé (physique comme mentale) : fatigue généralisée, burn-out…

Le sport pourrait pourtant être une réponse fiable à ces « aléas » qui font figure de revers de médaille pour le poste de cadre. Les effets bénéfiques sur le système nerveux, les organes vitaux, et sur le corps en général, pourraient bien vous faire reprendre la main sur votre état et prévenir bien des risques.

 

Cadre : un métier à risque

Les risques sur le plan psychique et psychologique

Le « job strain », déséquilibre entre une forte exigence psychologique et l’absence de marges de manœuvre, fait partie du quotidien du cadre. Dans le même temps, c’est l’une des causes principales de stress. Qui bien souvent, conduit à la dépression.

Le niveau d’exigence de l’entreprise vis-à-vis d’un cadre peut parfois atteindre des extrêmes.

En situation de stress, le corps met en place un mécanisme décrit en 3 phases :

 

L’alarme, pendant laquelle l’organisme se prépare au combat où à la fuite

Des hormones spécifiques sont libérées par l’organisme : la fréquence cardiaque, la tension artérielle, les niveaux de vigilance augmentent… si la situation est prolongée, l’organisme passe à la phase 2.

 

La résistance

De nouvelles hormones sont sécrétées dans le but de générer un apport constant d’énergie aux muscles, au cœur et au cerveau. En cas de persistance ou de prolongation de la situation stressante, la phase 3 se met en place.

 

L’épuisement

Les capacités de l’organisme sont débordées. Il n’arrive plus à réguler les hormones libérées pendant les premières phases et l’état de santé global de l’individu se retrouve en situation de risque.

À ce moment, les pensées positives se font rares, la dépression n’est plus loin, tout comme le burnout, et dans les cas les plus extrêmes, le suicide.

 

 

Les risques sur le plan physique

Les cas de fatigue extrême répétés épuisent le corps.

Soumettre le système nerveux à un stress constant finit par avoir un impact négatif sur celui-ci, qui a du mal à se regénérer. On s’épuise à petit feu, et on s’expose à des maladies chroniques.

La mauvaise nutrition est également un risque à considérer. On a peu de temps pour se faire de bons repas. Quand bien même on aurait accès à de bons repas, on les prend à la hâte, et souvent à des horaires déconseillés.

Conséquences : mauvaise digestion, sommeil trouble et prise de poids incontrôlée.

Enfin, le sédentarisme est l’autre mal qui guète les cadres. Des journées assis derrière un PC, puis voitures, escalators, ascenseurs pour aller et venir sans effort.

Les muscles et le cœur sont moins sollicités et progressivement, ils perdent en tonicité. On s’expose à l’obésité et aux problèmes cardiaques.

Autant de bonnes raisons d’être vigilants au signaux son corps quand on mène une vie rythmée de cadre.

 

Le sport, le remède miracle des maux des cadres

Selon une étude portant sur le bienêtre au travail en France, 61% des employés auraient souhaité que leur entreprise leur offre plus de possibilités de faire du sport. Chiche !

L’activité physique régulière a des effets positifs sur l’estime de soi. Elle génère un certain sentiment d’accomplissement de soi et un réel dynamisme, indispensables pour améliorer la productivité. Sur le plan psychologique, le cadre qui fait du sport se retrouve revigoré.

A côté de ça, lorsque le sport est fait en équipe, la cohésion sur le lieu de travail augmente. Les membres de l’équipe se sentent bien intégrés, et développent une attitude positive qui se répand au sein du groupe.

Le sport pousse à aimer son corps et à s’aimer soi-même. Ceci a une influence directe sur votre attitude vis-à-vis de vous-même et vis-à-vis des autres.

Quant aux bienfaits physiologiques du sport, ils sont nombreux :

  • Augmentation des capacités cardiaques
  • Prévention du surpoids et de l’obésité
  • Réduction de l’hypertension artérielle
  • Amélioration de la circulation sanguine
  • Augmentation de la résistance au stress et à ses incidences
  • Meilleure oxygénation du cerveau
  • Meilleure qualité du sommeil

En somme, tout cadre se doit de faire du sport, encore du sport, toujours plus de sport, selon ce que permet son agenda.

 

Comment arriver à faire du sport alors qu’on est cadre ?

Selon son agenda, ses contraintes personnelles, son appétence pour le sport… On peut toujours trouver un moyen d’intégrer une bonne activité sportive dans son quotidien.

 

Faire du sport en salle

Pour faire du sport en salle, il faut être très discipliné. Pouvoir se caler 2 ou 3 dates de salle par semaine et s’y tenir.

Très souvent ce qu’on observe c’est une forte motivation au moment de l’inscription. Puis au bout de 2 mois l’envie de sport s’étiole, aidé par les contraintes du quotidien. En général quand on a un conflit d’agenda avec l’heure de sport, bah c’est le sport qui saute.

C’est pourquoi pour faire du sport en salle, il faut être discipliné. S’imposer une fréquence hebdomadaire tenable. Une à deux fois par semaine pour commencer.  Et surtout, s’inscrire dans une salle le plus près possible de son domicile pour que la distance ne soit pas un facteur de démotivation les jours où on aura moins d’entrain à faire du sport.

 

Essayer les applications de coaching sportif

Voici quelques applications qui peuvent vous aider à démarrer la journée par une activité physique ciblée :

 

Intégrer le sport à chaque phase de la journée

Intégrez le sport à chaque moment de votre journée.

Vous allez au bureau en voiture ? Garez-la un peu plus loin que d’habitude et prenez le temps de marcher. 30 minutes de marche par jour, c’est bon pour le coeur. Une fois au bureau, toujours privilégier l’escalier aux ascenseurs.

Des petits déplacements urbains en vue ? Pensez vélo !

Vous pouvez adopter cette démarche à l’infini. Dans toutes ce que vous faîtes dans une journée, pensez comment le faire en engageant votre corps, tout en détente. Le sport comme on respire.