La loi Travail adoptée le 21 juillet 2016 a fixé des principes et règles pour permettre aux salariés de concilier vie privée et vie professionnelle, afin de mieux prévenir le risque de burnout qui s’est accru à l’ère du tout numérique.

Ce droit à la déconnexion autorise tout salarié à ne pas se connecter aux outils numériques professionnels et à ne pas être contacté par son employeur en dehors de son temps de travail (RTT, congés, soirées, week-ends…).

C’est certain, cela représente déjà un pas dans le sens de la protection de la vie privée des salariés.

Pour autant la place qu’a pris les Smartphones dans nos vies est telle que même en dehors du monde du travail, il devient vital d’apprendre à se détacher de son téléphone et de toutes ces applications addictives qui nous laissent comme sous perfusion, alimentés au son des notifications qui retentissent toutes les 5 minutes.

 

Une dépendance insidieuse et néfaste

Les ressources physiques, psychiques et psychologiques de l’Homme sont limitées. Passer la journée face à l’ordinateur, pour ensuite passer la soirée sur son téléphone est quelque chose de stressant pour l’organisme, qu’on s’en rende compte ou pas.

En effet, les conséquences néfastes du Smartphone sont établis.

 

Stress et dépression

Ce serait une conséquence du fort degré d’interaction avec les autres. Une certaine forme d’anxiété serait induite par les délais de réponse et la nature des réactions de ses contacts.

Visualisez-vous cette personne de votre entourage – si ce n’est vous 🙂 – qui se plait à publier ses plus belles photos sur Facebook ou Instagram puis vit dans le stress de voir le nombre de ‘Like’ monter ?

Typiquement le genre d’anxiété qui dans le pire des cas peut conduire à une déprime, causée par une déstabilisation des repères sociaux.

 

Douleurs physiques dues à la position « plié en deux sur son Smartphone »

La position généralement adoptée lorsqu’on est sur son Smartphone n’est pas bonne. Elle induit des maux de dos et de nuque.

Les doigts sont également sujets aux tendinites. Il s’agit d’inflammations des tendons de la main et du poignet. On parle de tendinite du texto ou text claw.

 

Altération de la vue et de l’audition

Le fait de se retrouver continuellement devant l’écran du smartphone fatigue les yeux. La vision devient floue et les maux de tête suivent. La rétine de l’œil pourrait même être abîmée par l’exposition prolongée à la lumière de l’écran du téléphone.

 

Problèmes de concentration

Les notifications du téléphone ont un pouvoir perturbateur non négligeable.

Qu’on soit au volant d’une voiture, en pleine réunion, au restaurant, ou sous la couette en plein câlin. Il suffit d’une arrivée en rafale de notifications pour qu’on perde une partie de sa concentration, à se demander ‘Mais qu’est ce que ça peut bien être ?!’.

9 fois sur 10 ça ne revêt aucune forme d’urgence. Et pourtant 10 fois sur 10 on est comme happés par son téléphone, avec un besoin pressant de savoir.

 

Selon une étude menée par Qapa, même en congés, les français ont du mal à se déconnecter du travail et du surf passif sur internet. Plus que jamais, il appartient à chacun de trouver les clés pour se déconnecter. Voici quelques pistes pour y parvenir.

 

Faire le point sur votre degré de connexion au web

Avant de traiter une addiction, il faut bien reconnaitre qu’on en souffre… n’est-ce pas ?

Faites une évaluation des sites que vous visitez le plus, le temps que vous y passez, en ôtant le temps passé en ligne à cause du travail ou d’éléments personnels comme les recherches d’établissements scolaires pour les enfants. Vous devez arriver à faire ressortir les éléments superflus de votre consommation d’internet et de smartphone. Soyez sincère.

 

Qu’est-ce qui vous ramène le plus facilement à vous remettre sur votre Smartphone ?

Ça marche un peu comme avec les relations sociales : il y a toujours un ami qui vous pousse à prendre un verre de trop.

Dans le cas de votre Smartphone, vous devez déterminer l’élément qui vous pousse à revenir vers celui-ci, et à cause duquel vous finissez par naviguer d’une application à une autre, au fil des notifications.

Avez-vous vraiment besoin de savoir instantanément quelle est la nature de chaque email que vous recevez ? Mettez vos notifications d’e-mails entrants en sourdine dès que vous partez du bureau !

Ce groupe Telegram ou WhatsApp est-il hyper actif ? Touchez l’icône « silence » avant de démarrer votre véhicule pour rentrer à la maison.

Posez-vous la question de savoir s’il est si urgent de répondre à cet e-mail, de vérifier cette notification, de répondre à ces messages… Surtout qu’ils arrivent au moment où vous devez penser à vous reposer ! Vous devez créer de la distance entre vous et votre Smartphone.

 

Créez une distance physique réelle

Voilà un autre moyen de vous « sauver » de votre téléphone.

Au-delà de la mise sous silencieux, créez une distance physique réelle entre ce dernier et vous. Abandonnez-le dans la cuisine alors que vous allez dans votre chambre à coucher, ou alors au salon. Dans tous les cas, mettez-le bien loin de vos yeux.

Reconnectez-vous à vous-même en lisant un bouquin, en savourant une tasse de thé, ou en faisant quelques exercices d’assouplissement. Votre être tout entier vous en remerciera.

 

Définissez des périodes de connexion et de déconnexion totale

Vous pouvez décider de passer une heure au maximum chaque jour sur votre Smartphone, par exemple. L’idée ici c’est de vous donner vous-même des limites et de vous efforcer à les respecter. Ça pourra être difficile par moments, mais avec un peu de temps, beaucoup de persévérance (et de distance physique), vous vous y habituerez.

 

Êtes-vous un Smartphone addict ?

Les méfaits du Smartphone sur l’organisme sont nombreux, sur le plan physique comme sur le plan psychologique.

Répondre à ce message sur Twitter n’est pas quelque chose de si urgent… Evaluez ce qui vous pousse à vous reconnecter « à tous les coups », créez une distance physique entre vous et votre Smartphone, et définissez des moments « sacrés » pendant lesquels vous resterez absolument hors connexion.

Renouez avec vous-même et votre corps vous le rendra.