On pourrait vous faire un inventaire à la Prévert des avantages et inconvénients du travail en Open space. Mais ça, vous le trouverez déjà un peu partout sur le net.

Des litres d’encre ont coulé pour vanter les avantages de l’Open space. La flexibilité, l’optimisation de l’espace, la réduction des coûts, etc. Autant de litres ont coulé pour s’étaler sur les travers de ce mode d’aménagement des bureaux. La perte d’espace privé, les troubles de concentration…

Cependant très peu a été dit sur deux phénomènes qui se retrouvent accrus au sein d’entreprises travaillant en Open Space : on y tombe plus souvent malade et on y tombe plus facilement amoureux !

 

L’Open space, cet accélérateur d’épidémies

L’Open space a été importé en Europe au début des années 80, en provenance des pays anglosaxons. Le principe consiste à faire tomber les cloisons pour réunir les bureaux dans un espace ouvert.

Plus de 30 après, l’Open space continue à se vulgariser en Europe. En France, on estime qu’environ 20% des salariés travaillent en Open space (bureaux de plus de 4 personnes), loin du record anglais de quelques 40%.

Les français semblent donc évoluer à marche forcée vers ce mode d’organisation, évoquant le manque d’intimité comme principal frein. Qu’en serait-il s’ils savaient qu’en plus de bousculer leur intimité, l’Open space favorise la propagation des virus !

 

L’histoire de ce collègue malade qui n’aurait jamais dû aller travailler

En effet, selon une étude danoise, les employés travaillant en Open space sont deux fois plus susceptibles d’aller en congé maladie que ceux travaillant en bureaux individuels.

Et pour cause, les systèmes de ventilation et l’absence de cloisons créent les conditions idéales pour faire vivre une épidémie.

C’est l’histoire de ce collègue qui bien que grippé, prend la douteuse initiative d’aller au bureau.

À peine arrivé, il ne résiste pas à faire la bise et serrer les mains ci et là. Les mêmes mains régulièrement en contact rapproché avec ses sécrétions nasales.

Puis il s’installe à son poste et éternue sans fin, propageant le virus dans l’espace tel un jet d’eau au Kärcher. Et les postes de travail n’étant pas cloisonnés, ils voient juste le virus voyager d’un point à un autre, porté par la douce brise de la clim.

 

L’Open space, cet espace « Meetic »

La meilleure communication entre salariés est l’un des principaux avantages reconnus à l’Open space.

Cette meilleure communication a par ailleurs le mérite de rendre la collaboration plus efficace entre les différents niveaux hiérarchiques. Sentir que son chef d’équipe est plus abordable ôte les barrières psychologiques et renforce la confiance.

Toutefois grâce à l’Open space, il n’y a pas que son manager qui devient plus abordable. Il se dit que la chute des cloisons fait aussi tomber les barrières de la séduction.

En effet plus qu’ailleurs, la séduction au bureau est un travail de longue haleine. Il faut avancer prudemment, pour ne pas risquer de se prendre un gros râteau par la personne visée. Mais aussi pour éviter d’être le principal sujet de conversation de ses collègues. Voire des RH.

Avec l’ Open space, le séducteur a plus d’opportunités d’échanger de façon rapprochée et naturelle avec sa « cible ». Même à distance, il peut profiter de la vue panoramique sur le plateau pour jouer du regard et jauger la réaction de l’autre, sans trop se démasquer.

La pause café ou cigarette devient alors le moment où par l’échange, on peut confirmer ou infirmer les sensations qu’on a cru percevoir depuis son bureau.

 

Quelques chiffres à savoir sur l’amour au travail

1 français sur 4 aurait déjà eu le coup de foudre pour un(e) collègue au travail, selon une étude OpinionWay.

30% des couples se formeraient au bureau, selon une autre étude récente.

1 français sur 2 fantasme régulièrement sur un(e) collègue.

 

L’espace de travail en constante évolution

Depuis le siècle dernier, l’espace de travail n’a jamais cessé d’évoluer. Les bureaux individuels, les grands espaces semi-cloisonnés, puis les plateaux décloisonnés, et même le télétravail.

9 salariés sur 10 estiment que l’espace de travail joue un rôle prépondérant dans leur bien-être. Étrangement, la satisfaction baisse pour les salariés travaillant en Open space.

Serait-ce la propension à y attraper un virus qui influe ? Ou alors le fait que 68% des salariés estiment que la drague au boulot est le meilleur moyen pour perdre son job ?! Alors autant ne pas créer les conditions pour se laisser tenter…