Être speaker. Un rêve pour beaucoup. Bien des personnes sont inspirées et impressionnées par ces personnes qui manient l’art de la prise de parole en public. À l’échelle nationale ou internationale, lorsqu’on est un professionnel, mais encore, un cadre, on peut tirer profit des opportunités de ce type. Le profil, les compétences, et l’expérience aidant, on peut très vite devenir demandé après seulement quelques interventions, et même après une seule intervention pour les plus agiles.

 

Le speaker : qu’est-ce que c’est ?

 

Le speaker est essentiellement quelqu’un qui inspire les autres. Il est :

  • Qualifié
  • Expérimenté (maîtrise le sujet qu’il traite)
  • Authentique
  • Naturel
  • Précis

Il a de fortes capacités de transmission de connaissance, d’écoute, et de synthèse, et a, sur les bords, de bonnes qualités de commercial. Il sait se vendre, vendre ses propos, vendre ses formations.

 

Être speaker, un projet de vie

 

Être speaker peut devenir très passionnant et très rentable, surtout lorsqu’il y a des possibilités de le faire à l’étranger. Cependant, que ce soit pour une reconversion ou juste pour arrondir ses fins de mois, l’activité de speaker n’est pas une mince affaire.

Ça demande préparation, répétition, encore et encore. Imaginez-vous vous planter gravement lors de deux prises de parole de suite, non à cause d’une faiblesse intellectuelle, mais à cause d’une mauvaise préparation… c’est quelque chose de visible pour l’auditoire et de difficile à gérer pour vous-même quand vous vous dites que vous auriez pu mieux faire si vous aviez pris le temps de vous préparer un peu plus.

Ce n’est définitivement pas quelque chose à prendre à la légère.

À côté de ça, les possibilités sont quasiment illimitées, tout comme le nombre de personnes qu’on peut rencontrer. Mais encore, l’intensité des contacts avec les cultures nouvelles, lorsqu’on le fait à l’étranger est quelque que chose de particulièrement… revigorant !

 

Être speaker à l’étranger : le grand plus

 

Sur le plan psychologique, lorsqu’on se retrouve en face de quelqu’un qui vient de l’étranger, deux tendances se dessinent dans notre tête :

  • On le rejette parce qu’on ne le connaît pas
  • On est très curieux d’entendre ce qu’il a à dire

Cependant, dans le cadre professionnel, la curiosité, le besoin d’en savoir plus, prennent le dessus. Les méthodes, les us et coutumes, la culture organisationnelle… lorsque ça vient d’ailleurs, l’intérêt est décuplé.

Dans ce cas précis, le dicton « a beau mentir qui vient de loin » devient plutôt « a beaucoup de choses instructives à dire, qui vient de loin »

De plus, lorsqu’on vous sollicite, la rémunération suit. Les spécialistes, les experts, ne sont pas payés en monnaie de singe, mais encore, lorsqu’on vous fait venir de l’étranger. Une fois par mois, ou même par trimestre, en fonction de la structure qui vous sollicite, et de vos disponibilités en termes de temps, pourrait être largement suffisant.

 

Être speaker : pourquoi ?

 

  • Ça ne vous demandera pas beaucoup d’argent pour démarrer.
  • Le niveau de rémunération est potentiellement illimité.
  • Le nombre d’opportunités est potentiellement illimité.
  • Ça vous donne la possibilité de vous démarquer en tant que professionnel dans votre secteur d’activité.
  • Le sentiment de liberté et d’accomplissement est élevé.

 

Être speaker à l’étranger : comment ?

 

Oui. Être speaker est un métier de rêve. Vous êtes payé pour parler. Mais comment vous faites pour y arriver ?

Vous devez avoir une expérience avérée, ou devenir un excellent curateur

Pour être crédible, vous devez avoir un certain background lié aux sujets que vous aborderez dans vos différentes prises de parole. Les sujets en question peuvent n’avoir aucun lien avec votre activité professionnelle. Ça peut être une passion que vous avez entretenue pendant des années et pour laquelle vous avez une certaine expérience.

Lorsqu’on veut être speaker à l’étranger, le background compte beaucoup. C’est lui qui donne du « poids » à votre personne aux yeux des publics totalement étrangers qui vous écouteront.

Vous pouvez également devenir un curateur : quelqu’un qui regroupe et diffuse régulièrement des informations sur un sujet spécifique, au point où on lui reconnaît un statut de spécialiste, et qu’on le sollicite pour des prises de parole à propos de ces sujets spécifiques.

 

Acquérir, développer et affiner des capacités de communication

Bien qu’il y ait des personnes naturellement douées pour la prise de parole en public, parler en public reste cependant quelque chose qui peut s’apprendre.

Au-delà des nombreux ouvrages qui en parlent, c’est surtout la pratique qui vous permettra d’intégrer ce que vous lirez. Commencez par des publics de petite taille, par des prises de parole de courte durée, diversifiez les publics, pour apprendre à utiliser différents registres de langue et niveaux techniques.

Vous pouvez aussi prendre des cours de chant, qui sont excellents pour gérer la respiration, ce dernier point étant un indispensable pour réaliser des prises de parole de qualité.

 

S’inscrire dans une fédération, association, ou dans un regroupement de speakers

Sur internet, on retrouve le site de « Global speakers federation » (la fédération globale des speakers) qui référence, les associations et regroupements de speakers de différents pays dans le monde, dont l’association française des experts et conférenciers professionnels, notamment.

Faire partie d’une association ou d’un ordre de métier national ou international (l’ordre des médecins, des avocats, etc.) peut aussi vous donner un certain crédit en tant que speaker.

 

Faire le tour des évènements

En assistant vous-même à des évènements, vous avez la possibilité d’observer comment ça se passe, et d’entrer en contact avec des organisateurs. A côté de ça, être présent à un événement est toujours une occasion de sortir du lot : une question particulièrement pointue, une contribution remarquable aux échanges, des discussions très intéressantes pendant les moments de réseautage, et voilà que votre carte de visite se retrouve entre les bonnes mains.

Pour être speaker, le réseau de contacts joue un rôle très important.

Relevez bien ceci : avec internet, vous pouvez être présent et même intervenir lors d’évènements se déroulant à l’étranger sans toutefois y être physiquement. Les « live » en donnent la possibilité. Saisissez l’opportunité de vous démarquer ! Internet donne également la possibilité d’être informé sur les programmes d’événements un peu partout dans le monde.

Meetup.com, eventbrite.fr, les évènements facebook, les possibilités ne manquent pas.

Les annuaires de conférences en ligne peuvent également s’avérer très utiles : AllConferences.com, Conferensum, Lanyrd, Conferize, Plancast, en sont quelques-uns.

Ne vous en privez surtout pas !

 

Roulement de tambours… à vous la scène !

 

En plus d’être un moyen de reconversion professionnelle, l’activité de speaker est un excellent moyen d’arrondir ses fins de mois, mais encore, lorsqu’on le fait à l’étranger. Le speaker, c’est quelqu’un de visiblement confiant, de qualifié, d’expérimenté, d’authentique, de naturel, et de précis. Si l’activité peut être très bien accueillie à l’étranger du fait notamment du potentiel apport culturel et du regain de curiosité suscité par quelqu’un venant d’ailleurs, elle a tout de même ses exigences :

  • Vous devez avoir une expérience avérée, ou devenir un excellent curateur ;
  • Acquérir, développer et affiner des capacités de communication ;
  • Vous inscrire dans une fédération, association ou dans un regroupement de speakers, ou encore vous enregistrer dans l’ordre qui regroupe les spécialistes de votre métier ;
  • Vous devez également faire le tour des évènements afin de développer votre réseau de contacts.

Le métier de speaker fait ressentir une très grande liberté et un certain sentiment d’accomplissement. Il ne demande pas un investissement financier important pour démarrer et, si vous y allez bien dès le départ, il peut vous permettre de vous démarquer sur le plan international et donner un peps supplémentaire à votre compte bancaire. Alors, vous commencez quand ?