Trouver sa voie

40 Questions & Réponses à réviser pour votre entretien d’embauche

Ne serait-ce pas magique de connaître dès maintenant toutes les questions qu’on vous posera lors de votre prochain entretien d’embauche ?

Quelle que soit votre orientation de carrière, nous avons compilé pour vous une liste des 40 questions les plus courantes en entretien d’embauche. Cerise sur le gâteau, nous vous donnons la clé pour répondre à chacune d’elles.

Ceci étant, la dernière chose à faire est de se constituer une fiche de réponses que vous essaierez de réciter. Au contraire, en entretien d’embauche la spontanéité, l’authenticité et la justesse sont rois.

L’idée est donc de vous donner un coup d’avance sur les questions qu’on pourra vous poser. Et tant qu’à faire, vous préparer à apporter les réponses qui feront de vous le candidat idéal aux yeux des recruteurs.

Pour une véritable séance d’entrainement avec des exercices pratiques, vous devriez parcourir l’ouvrage de Claude d’Estais, 60 exercices inédits pour réussir 60min d’entretien !

 

Les questions classiques en entretien d’embauche

Ces questions se ramènent aux informations fondamentales que le recruteur a besoin de savoir pour se faire un avis sur vous : Qui êtes-vous ? Pourquoi vous êtes fait pour le job ? Quelles sont vos principales qualités ?

D’un interview à un autre, cela ne sera probablement pas toujours formulé de la même façon. Mais si vous avez déjà en tête les réponses pour ce type de questions, alors vous saurez comment réagir quelle que soit la tournure que prend votre entretien d’embauche.

 

1. Parlez-nous de vous

Parce qu’elle a l’air simple, trop peu de personnes la préparent, pourtant ce moment est crucial.

En effet, lorsque cette question vous arrive en entretien d’embauche, la pire réponse – et pourtant la plus courante – c’est de commencer à réciter les différentes étapes de son CV. Ou pire, de raconter sa vie de son enfance à aujourd’hui.

La bonne approche ici, c’est de faire un pitch concis et convaincant qui explique pourquoi vous êtes le candidat idéal pour le job.

Souvenez-vous que vous n’avez qu’une seule occasion de faire bonne impression. Et si vous marquez les points d’entrée, le recruteur est tout de suite enthousiaste à l’idée d’apprendre plus sur vous.

La bonne impression en entretien d’embauche se décide sur :

  • Les 30 premières secondes où on vous voit : comment vous êtes habillé et comment vous vous comportez.
  • Les 30 premiers mots qui sortent de votre bouche ! Et c’est pourquoi il vaut mieux les préparer.

Dans votre pitch d’introduction, il est recommandé de structurer votre parole en parlant du présent, du passé et du futur.

Autrement dit, parlez un tout petit peu de votre situation actuelle, et de ce que vous parvenez à y accomplir. Et ce, que vous soyez en activité ou sans emploi.

Ensuite, prenez appui sur les éléments marquants de votre parcours pour expliquer ce qui vous emmène là.

Et enfin, concluez en expliquant pourquoi vous voulez ce job. Et surtout, ce qui fait de vous le candidat idéal.

 

2. Comment avez-vous eu connaissance de cette offre d’emploi ?

Voilà une question aux apparences anodines. Pourtant c’est la perche tendue pour démontrer votre motivation et votre intérêt pour l’entreprise.

Par exemple, si c’est un ami ou une connaissance professionnelle qui vous a parlé de cette opportunité, citez-le nommément, et dites pourquoi vous avez tout de suite été enthousiaste à l’idée de postuler.

Si vous avez vu l’offre d’emploi sur Linkedin, sur un blog ou sur un site d’annonces de job, l’astuce est de décrire ce qui vous a fait accrocher et qui vous a décidé à cheminer jusqu’à cet entretien d’embauche.

 

3. Pourquoi voulez-vous travailler pour notre entreprise ?

Evitez les réponses génériques !

Si votre réponse peut s’appliquer indistinctement à n’importe quelle entreprise, alors vous loupez une occasion de vous distinguer.

En effet, de nombreux candidats arrivent encore en entretien d’embauche sans s’être sérieusement renseignés sur l’entreprise où ils postulent.

Il est impératif de faire des recherches approfondies sur votre potentiel futur employeur. Dites l’intérêt que vous portez à l’entreprise depuis la première fois que vous avez entendu parler d’elle. Montrez ce que vous savez de son marché, et expliquez comment vous pourrez contribuer à relever ses défis quotidiens.

Si par contre dans vos recherches vous ne trouvez pas une raison spécifique qui vous excite à l’idée de travailler pour cette entreprise, il sera peut-être encore temps de retirer votre candidature.

En effet, c’est bien souvent contre-productif de se présenter à un entretien d’embauche avec pour seule motivation, l’urgence d’avoir un salaire pour remplir son frigo.

 

4. Pourquoi voulez-vous ce job ?

N’oubliez pas, les entreprises cherchent à recruter des personnes qui sont enchantées à l’idée d’avoir le poste.

Pour une réponse efficace lors de l’entretien d’embauche, il faut identifier en amont deux aspects du job qui justifient qu’il soit fait pour vous.

Par exemple, si vous postulez à un poste de téléconseiller. J’aime vraiment le support client pour l’interaction permanente avec les gens, et la gratification qu’on a à aider des clients à résoudre leurs problèmes.

Et vous pouvez dire un mot sur votre sentiment vis à vis de l’entreprise. J’ai toujours été passionné par les technologies. Et de ce que j’en sais vous améliorez la vie des gens, et ce serait une chance incroyable d’y participer.

 

5. Pourquoi devrions-nous vous recruter ?

Cette question en entretien d’embauche peut souvent intimider. Pourtant si on vous la pose, dites-vous que c’est une chance inouïe de vendre votre personnalité et vos connaissances au recruteur.

Pour y parvenir, il faut préparer une réponse qui convainc sur 3 choses :

  • Non seulement vous avez toutes les qualités pour le job, mais vous êtes en plus quelqu’un qui s’intéresse aux résultats.
  • Vous saurez rapidement vous imprégner de la culture d’entreprise et vous intégrer aux équipes.
  • Vous êtes certain d’être le meilleur profil pour ce job plus que tout autre candidat (oui, un peu d’assurance ne fait pas de mal).

 

6. Quelles sont vos plus grandes qualités ?

C’est une question qui a le pouvoir de faire basculer un entretien d’embauche, surtout quand on ne s’y est pas préparé.

En effet, le piège qui se tend c’est celui de révéler tous ses défauts alors même qu’on parle de ses qualités. En général, plus un candidat cite une liste à la Prévert de ses qualités, plus il met en avant sa vacuité et son faible esprit d’analyse.

Alors pour répondre à cette question, pensez qualité, pas quantité.

En d’autres termes, évitez de citer des qualificatifs élogieux de toute sorte. L’idée est d’identifier une ou deux qualités que vous avez qui pourront vous aider à exceller dans le job. Et si vous pouvez parler d’exemples concrets, c’est que du bonus.

 

7. Quels sont vos principaux défauts ?

Ce que le recruteur essaie de percevoir ici, au delà de détecter quelques points bloquants, c’est votre esprit critique et votre honnêteté.

Soyez honnête sans vous mettre bêtement à nu. Par exemple « Je suis incapable d’être à l’heure aux rendez-vous » n’est pas une option. Pas plus que « Mes défauts ? Aucun, je cherche mais je ne trouve pas. »

Il faut évoquer un aspect sur lequel vous avez du mal, sans manquer de préciser les actions que vous prenez pour y remédier.

Par exemple si vous avez du mal à prendre la parole en public vous pouvez le mentionner en précisant que vous vous documentez sur les techniques pour faire de vous un grand orateur.

 

Entretien d’embauche : Questions sur votre parcours

L’essence même d’un entretien d’embauche c’est d’évaluer l’expérience que vous avez acquise.

Qu’avez vous accompli ? Quels sont vos échecs (et dans ce cas, comment en êtes-vous sorti grandi) ? Et enfin, comment performez-vous en conditions réelles, souvent stressantes, de travail.

La meilleure façon de réussir cette étape, c’est en s’entrainant à raconter l’histoire de sa vie professionnelle. Généralement les candidats viennent réciter leur CV, alors que le recruteur l’a déjà entre les mains.

Ce que le recruteur cherche à connaître, c’est l’histoire derrière ce CV. Qui vous êtes ? Comment avez-vous vécu vos expériences au quotidien ? Et comment la vie vous a mené à suivre la trajectoire qui est la vôtre ?

 

8. Quelle est votre plus grande réalisation professionnelle ?

Il n’y a rien qui parle autant pour vous que les résultats exceptionnels obtenus au cours de vos précédents emplois. Alors, allez-y gaiement lorsque cette question vous est servie en entretien d’embauche.

La meilleure façon de le faire, c’est en utilisant la méthode dite STAR. Situation – Tâches – Actions – Résultats.

Redonnez le contexte de l’exemple que vous prenez. Puis indiquez quelle était votre mission principale, sans forcément passer trop de temps à lister vos gestes quotidiens. Par exemple, « dans mon dernier job en tant que conseiller marketing, j’étais en charge d’accompagner les franchises dans la mise en place de leur plan marketing trimestriel. »

Une fois le décor planté, il ne reste plus qu’à souligner votre action et les résultats obtenus. « En 8 mois, j’ai réussi à homogénéiser le format des plans marketing au sein du réseau, ce qui nous a permis de gagner 10 points en efficacité média. Pour le même budget dépensé, nous touchions plus de monde, et mieux ciblé. »

Soyez précis dans l’exemple que vous prenez. C’est l’occasion de montrer votre expertise, quelle que soit sa profondeur.

 

9. Pouvez-vous me parler d’un challenge ou d’un moment conflictuel vécu, et comment vous l’avez géré ?

On n’est généralement pas à l’aise à l’idée de raconter ses conflits professionnels au cours d’un entretien d’embauche. Toutefois si on vous pose directement la question, vaudrait mieux éviter de dire que vous n’en avez jamais eu.

En effet, la vie professionnelle est faite de conflits, mineurs ou majeurs. Et votre rôle c’est précisément de les gérer, afin de continuer à défendre les intérêts de votre entreprise en apportant votre valeur ajoutée dans vos missions quotidiennes.

Alors n’hésitez pas à évoquer une situation conflictuelle ou frustrante que vous avez vécue. Sans bien sûr se perdre dans des détails qu’on réserve à ses meilleurs amis.

Généralement, le recruteur qui pose la question essaie simplement de savoir si vous avez le cuir épais pour gérer les conflits que vous aurez s’il vous recrute, sans que cela n’influe votre performance.

Face à cette question il faut donc rester calme et professionnel. Et surtout, passer plus de temps à parler de la résolution du conflit plutôt que du conflit même.

 

10. Y a t il un moment dans votre parcours où vous avez fait preuve de leadership ?

Pas besoin d’avoir le nom Directeur ou Manager dans son titre de fonction pour exprimer ses qualités de leader.

Rappelez-vous simplement cette fois où vous aviez la charge d’un projet. Ou quand vous avez proposé une alternative à une décision de votre hiérarchie. Ou encore, quand vous avez dû booster un collègue ou un fournisseur pour qu’il tienne les délais.

Quel que soit l’exemple que vous prenez, vous pouvez le raconter avec la méthode STAR, histoire d’éviter de vous égarer dans le récit. Un entretien d’embauche peut être épuisant nerveusement. Donc autant que possible, appuyez-vous sur des techniques plutôt que sur l’improvisation.

 

11. Avez-vous déjà été en désaccord avec une décision de votre hiérarchie ?

Si vous répondez Non, vous êtes bon pour avancer à la question suivante de votre entretien d’embauche. Mais vous risquez d’être pris pour un fayot qui n’est pas là pour faire avancer les choses, mais pour bien se faire voir.

Le mieux c’est de raconter une anecdote où vous avez géré professionnellement un désaccord, en tirant les leçons de cette expérience.

Une approche efficace c’est de prendre de la hauteur d’emblée sur la question. Puis donner rapidement le contexte, et conclure en évoquant ce que vous a apporté précisément cette expérience.

Par exemple, « J’ai appris assez tôt dans ma carrière qu’il est plus facile d’exprimer son désaccord quand on peut l’argumenter avec des chiffres. Du coup quand je travaillais chez XXX, il m’est arrivé d’avoir un autre point de vue que celui de mon patron sur la façon d’organiser les équipes. D’abord je me suis tu puis j’ai échangé en aparté avec lui. Et j’ai compris qu’il y avait d’autres paramètres qui rentraient en jeu dans sa prise de décision que je ne connaissais pas. Mais ce qu’il y avait de positif c’est qu’on en peu en discuter sereinement, et j’ai compris l’importance de discuter de certains désaccords en coulisse, pour ne pas braquer en public. »

 

12. Parlez-moi de vos erreurs ou de vos échecs

Vous pourrez facilement vous braquer à l’idée de vous épandre sur les moments difficiles de votre carrière, alors que vous essayez de mettre en avant vos performances pour réussir votre entretien d’embauche.

Pourtant il est tout à fait possible de convaincre un recruteur que vous êtes le candidat idéal en lui parlant de vos échecs.

En effet, la clé c’est d’être honnête sans essayer de rejeter la responsabilité sur quelqu’un d’autre. Puis il faut expliquer ce que vous avez appris de vos erreurs et surtout, parlez des mesures que vous avez prises pour ne pas les reproduire.

Gardez à l’esprit que les employeurs cherchent des personnes qui ont un sens de l’auto-critique, qui acceptent les remarques, et qui se soucient de leur développement personnel.

 

À suivre…

22.03.20 | Trouver sa voie

CADRES Forum
CADRES Forum
Nous sommes une communauté de femmes et d'hommes riches de nos différences et forts de nos expériences personnelles et professionnelles. Nous les partageons gratuitement afin de vous aider à faire votre propre chemin.



Plus dans Trouver sa voie


QUICONQUE PEUT SAVOIR.
LE PLUS IMPORTANT C'EST DE COMPRENDRE.

Recevez dans votre boite mail nos retours d'expérience sur les sujets qui font votre vie professionnelle.